Objectif

L’association Sangham basée à Bordeaux vous propose aujourd’hui des stages de découverte et d’initiation autour des bases de cet art traditionnel indien qu’est le Kalaripayat. Il est aussi possible de participer à un travail régulier d’approfondissement afin que vous puissiez ressentir plus consciemment la progression de votre corps dans son mouvement, ainsi que l’énergie collective accompagnant l’évolution du travail individuel, tel un gymnosophiste grec recherchant l’éveil, la sagesse  par la voie du mouvement.
Car le sens de l’art martial que nous définissons ne peut être que celui de la création, de l’humanité, d’une recherche profonde de soi, de l’échange et du partage et non celui de la destruction, de l’anéantissement et de l’inhumanité.

L’association tente d’élargir son domaine de compétence artistique martiale, son champ d’action au service des acteurs, comédiens, danseurs, circassiens. Car le Kalaripayat, de par son esthétisme indéniable peut enrichir la dimension chorégraphique de toute discipline artistique. Des créateurs majeurs comme Pina Bausch ont fait appel à cette technique pour former leurs interprètes. Bartabas (Zingaro) a mis en scène les meilleurs spécialistes de la discipline pour la  création de son spectacle ‘Triptyk’. L’association de recherche des traditions de l’acteur de la Cartoucherie de Vincennes (ARTA) organise régulièrement des master class consacrés à cette discipline. C’est pourquoi l’association « Sangham » désire s’impliquer dans les réseaux chorégraphiques de la région pour y proposer les bases de cet art traditionnel indien ancestral et ainsi créer une dynamique supplémentaire au service de la création artistique contemporaine.